Introspection des doigts de Pied’

« Quand j’étais petit… »

L’origine.

Classé dans : Feuille ou clavier,Made in Miane — 3 juin, 2011 @ 19:26

[En revisitant mes dossiers, j'ai retrouvé ce fameux poème, qui fut la base de ces écrits. Il n'y était pas, allez savoir pourquoi, deux ans plus tard, je lui donne enfin sa place ici... Erreur corrigée. Même si cela peut paraître inutile.]

« Quand j’étais Petit… »

« Quand j’étais petit, je n’étais pas grand »
J’avais peur la nuit, je pleurais -souvent.
J’sautais de lits en lits, n’osant mettre pied à terre
Effrayée par les monstres cachés dans la poussière.
J’avais des yeux d’enfants que j’ouvrais grand le soir,
Quand mon père s’accrochait aux barreaux du couloir.

«  Quand j’étais petit, je n’étais pas grand »
Je frissonnais la nuit en étreignant – doucement,
Les oreillers fournis, en attendant Maman.
Il y avait mon sourire, mes lèvres retroussées
Qui dans leurs souvenirs les auront tant touché.

« Quand j’étais petit, je n’étais pas grand »
J’m'inventais des amis, pour parler- simplement,
J’leur confiais mes secrets, j’leur montrais mon pays,
Celui que j’me plaisais à peindre sur du gris.
Il y avait un château, des tours et des princesses,
J’étais le prince charmant, pas la môme en détresse.
Je les sauvais, tu sais, sans peur du danger,
J’crois bien que je pensais, qu’eux viendraient pour m’aider.

« Quand j’étais petit, je n’étais pas grand »
J’patientais dans mon lit de longues heures durant.
J’voudrais qu’on m’ait serré, pour m’rassurer -parfois,
Au lieu de m’accuser de tout et n’importe quoi.
Le sol me donnait froid, mon coeur ne cognait pas,
J’craignais de dire « papa », mais toi tu t’fous d’tout ça…
J’avais crée un Dieu qui prenait soin de moi,
Il venait m’consoler quand personne n’était là.

« Quand j’étais petit, je n’étais pas grand »
J’entendais, dans mon lit, les cris de mes parents.
J’me bouchais les oreilles pour traverser la route,
Puis je fermais les yeux et puis en avant toute.
Je ne craignais plus rien, pas même la grande fin,
J’songeais pas à demain en embrassant l’gamin.
Quand Il sortait la corde pour pouvoir s’attacher,
Moi j’évitais l’désordre et j’passais à côté.

« Quand j’étais petit, je n’étais pas grand »
J’me disais qu’c'était ainsi qu’j'allais grandir -maintenant.
J’me souviens des virées, quand elle trompait mon père,
Je gardais leurs secrets, bien obligée d’me taire.
Je voulais pas grandir, pas aimer, pas souffrir,
J’m'imaginais dormir, personne pour m’retenir.
Le môme tendait les bras, je l’prenais contre moi,
Puis j’prévenais Papa qu’la police était là.

 

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Mon blog . |
Sombres Reminiscences |
le quotidien de la vie et d... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Océan de rêves
| j'envoie valser
| freedom08